Energies renouvelables : 100 % en 2050 c’est possible !

Comment la France pourrait passer à une consommation d’énergie 100 % renouvelable d’ici 2050 ?

Il paraît qu’avec des « si », on pourrait mettre Paris en bouteille. C’est bien pour cette raison que les 27 chercheurs qui ont établi une feuille de route pour guider la transition énergique de 139 pays ont réfléchi à partir des technologies déjà existantes et des ressources disponibles dans chaque État.

Et le résultat de leur étude est à la fois très rassurant et un peu désolant.

Rassurant, parce que grâce aux données de l’Agence internationale de l’énergie, ils ont trouvé que ces pays étaient tous capables de passer au 100 % énergies renouvelables d’ici 2050 ; désolant, parce que le seul obstacle à cette transformation est un manque de volonté politique.

C’est pourquoi à notre petite échelle, en France, ekWateur prend de l’avance sur les prochains sommets internationaux, comme vous pourrez le voir en consultant notre offre d’électricité 100% renouvelable.

Car d’après cette étude, l’électricité est bel et bien la clef de la transition énergétique…

Les énergies renouvelables : une perspective électrisante !

Ce que dessine cette étude ce n’est pas un horoscope écolo ; c’est un futur hypothétique, qui ne dépend que de nous.

Lire les recommandations des scientifiques sur la plateforme en Joule en cliquant ici.

Or dans cet avenir là, dans ce futur possible mais pas forcément probable, l’électricité est reine. Pourquoi ? Parce que, contrairement aux énergies fossiles, les énergies renouvelables ne produisent très peu de CO2 et en plus ne s’épuisent pas (ce qui en laisse pour nos enfants).

 Et la bonne vieille électricité de Thomas Edison est l’énergie la plus facile à produire avec des ressources naturelles et non polluantes, comme le vent, l’eau ou la lumière du soleil.

Les anglophones opposent donc ces deux types d’énergie, d’un côté les WWS (Wind, Water, Sunlight) propres et à basse émission de carbone, aux énergies BAU (Business-As-Usual), comme le pétrole ou le charbon.

Et il est urgent de passer des BAU aux WWS (vous voyez, vous êtes déjà spécialiste en énergies renouvelables) pour trois raisons principales :

  • La pollution atmosphérique : c’est le risque le plus immédiat, celui auquel on est confronté tous les jours, et qui fait déjà 4,7 millions de morts par an à l’échelle mondiale, sans compter les centaines de millions de malades.
  • Le changement climatique : on en a beaucoup parlé, après que Donald Trump ai décidé de quitter les accords de Paris, dont le but est de limiter le réchauffement à 2° d’ici 2100. Alors qu’on pourrait le contenir à moins de 1,5° d’ici 2050 en passant exclusivement aux énergies renouvelables !
  • L’instabilité politique et économique : cette troisième menace, bien moins souvent évoquée, est pourtant un enjeu de taille, et qui concerne la France directement. Celle-ci, engagée dans de multiples conflits internationaux et dépendante de pays pas toujours fiables pour son uranium est même l’une des premières intéressées !

Yes We Can

Malgré l’urgence de cette situation, les gouvernements peinent à prendre les mesures nécessaires pour éviter la catastrophe.

Les facteurs sont, bien sûr multiples, mais on peut émettre deux explications possibles : soit ils pensent que la transition énergétique est impossible, et donc qu’il est vain d’essayer quoi que ce soit ; soit ils ne savent tout bêtement pas comment s’y prendre.

Heureusement, les chercheurs qui ont participé à cette étude répondent à ces deux craintes, en montrant que l’objectif de 100 % énergies renouvelables peut être atteint d’ici 2050 par les 139 pays émettant 99 % des gaz à effet de serre, et en expliquant, point par point, comment faire.

Ils proposent ainsi une combinaison d’actions à entreprendre – qui n’en exclut pas d’autres également possibles – et qui consiste à couper court aux énergies fossiles.

Dans cette vidéo (en anglais), Mark Z. Jaconson explique dans le détail l’agenda de cette transition énergétique : https://youtu.be/UiBMklgawDA

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les ressources en WWS (vous suivez ?) sont disponibles dans tous ces pays, et plus particulièrement dans ceux dont la densité en population n’est pas trop élevée.

Pour un pays comme la France, le passage aux énergies renouvelables serait donc plus difficile que pour la Russie ou les États-Unis, mais plus facile que pour le Japon. D’autant plus que ces énergies sont considérées comme plus efficientes, et moins coûteuses en transport et en extraction que les énergies fossiles.

Alors, en attendant que les gouvernements s’y mettent, il ne reste plus qu’à apporter notre eau au moulin…hydroélectrique, bien sûr !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s