Comment atteindre l’autoconsommation énergétique en appartement ?

Depuis la loi du 17 août 2015 sur la transition énergétique, le gouvernement essaie d’inciter les français et françaises à passer à une autoconsommation résidentielle pour accélérer la croissance verte. Quelles formes prennent ces incitations ? Comment peuvent-elles s’appliquer aux propriétaires d’appartements ? Le présent article vous dévoile les grandes lignes.

Zoom sur l’autoconsommation résidentielle

Avant d’entrer plus en avant sur les raisons qui peuvent pousser à produire et consommer sa propre électricité, il est peut-être utile de revenir sur ce processus.

Les progrès techniques permettent de s’affranchir des circuits de distribution, en permettant aux consommateurs de produire eux-mêmes ce dont ils ont besoin y compris de l’électricité par le biais des énergies renouvelables.

Quand on parle d’énergie renouvelable, on pense aux forces dont le renouvellement est naturel et rapide (comme l’eau, le soleil ou l’air). Dans le cadre d’une autoconsommation résidentielle, on utilise plus souvent l’énergie solaire par le biais des panneaux solaires.

Panneaux photovoltaïques

Ce dispositif convertit le rayonnement solaire en énergie thermique ou électrique. Son système innovant fait le bonheur des sites sensibles aux progrès technique comme gataka.fr.

Il y a deux technologies :

  • Les panneaux solaires thermiques qui captent le rayonnement solaire.
  • Les panneaux solaires photovoltaïques qui convertissent le rayonnement solaire en électricité.

Qu’ils utilisent l’une de ces deux technologies ou les combinent, ces dispositifs s’installent sur des surfaces de plus de 10m², notamment les appartements. Une étude technique peut calculer les besoins de chaque logement en énergie et le nombre de panneaux qu’il faudra installer.

Pour lancer les travaux, il faut d’abord obtenir l’autorisation de la copropriété et de faire une demande préalable auprès de la mairie. Après l’accord de la copropriété, un propriétaire seul peut bénéficier des aides du Conseil Régional et du crédit d’impôt.

Un système photovoltaïque collectif permettra à chaque copropriétaire de ne payer que sa part de consommation électrique (après déduction du produit de la revente de l’électricité) et d’être en autoconsommation résidentielle : consommer l’énergie produite collectivement.

Le solaire encadré

Pour encourager l’autoconsommation, une loi a été publié en avril 2017. L’arrêté proposé parallèlement instaure une prime à l’investissement pour les installations en autoconsommation avec revente du surplus : le gouvernement aidera donc les particuliers et les entreprises à lancer des travaux visant une indépendance énergétique. Cet arrêté fixe aussi les tarifs de la revente de l’électricité.

Autoconsommation résidentielle : pourquoi se fixer cet objectif ?

L’autoconsommation énergétique est à la fois un objectif :

  • Légal : La loi relative à la transition énergétique de 2015 s’est assortie d’un décret qui impose aux propriétaires à réaliser des travaux d’isolation thermique quand ils aménagent un espace. L’objectif est que d’ici à 2025 il n’y ait plus de logements classés en « F » et « G » sur l’étiquette du diagnostic de performance énergétique. Plus encore, pour ce qui est des logements loués, le décret d’application n°2017-312 du 9 mars 2017 fixe l’obligation de proposer un « logement décent » qui répond à « un critère de performance énergétique minimale » qui sera fixé par le législateur. Des travaux énergétiques seront donc à mener au cours de cette décennie par les propriétaires et la recherche d’une indépendance énergétique n’est pas à exclure.
  • Citoyen : Il est important d’évoquer l’impact positif qu’aurait une telle démarche. Il s’agit de travailler à réduire les risques de pollution et préserver l’écosystème en n’ayant plus recours aux énergies fossiles.
  • Économique : L’autoconsommation résidentielle est un bon moyen de réduire ses factures puisqu’il s’agit de produire et consommer (voir de revendre) sa propre énergie. À cela s’ajoute une exemption de paiement de la Contribution au Service Public de l’Électricité ce qui représente une économie annuelle de 10 % de la facture d’électricité.

Une autoconsommation résidentielle peut donc vous apporter une indépendance énergétique, contribuer au développement durable et des recettes si la revente d’électricité est possible.